Réduire le volume des seins au moyen d’une chirurgie mammaire

La réduction mammaire est considérée comme une chirurgie esthétique réparatrice vue qu’elle allie ces deux objectifs : amélioration du galbe des seins pour qu’ils soient harmonieux avec la morphologie de la patiente et soulagement des douleurs dûs au poids important des seins. Une femme ayant la poitrine hypertrophique se prive généralement de porter certains types d’habits et souffre souvent de douleurs dorsales et de maux au niveau du cou et des épaules. Elle se sent souvent mal à l’aise lors de la pratique d’une activité sportive. Des seins excessivement volumineux provoquent un retentissement physique et psychologique.

L’objectif d’une réduction mammaire consiste à réduire le volume de la masse glandulaire et à corriger la ptose souvent à l’origine d’une asymétrie. Le traitement permet à la patiente d’avoir des seins harmonieux par rapport à sa morphologie.

Comment se pratique la réduction mammaire ?

La plastie de réduction mammaire consiste à faire l’ablation d’une partie de la glande mammaire. Le reste du tissu est concentré puis remodelé. Ce geste nécessite l’ablation d’une quantité du tissu cutané. La peau excédentaire est donc être retirée. Les incisions prennent la forme d’un T inversé. Elles combinent ces trois cicatrices : péri-aréolaire faire autour de l’aréole, verticale partant du pole inférieure de l’aréole jusqu’au sillon sous-mammaire, horizontale cachée dans le pli naturel des seins. Selon le degré de la ptose est décidée la longueur de l’incision. Dans le cas, d’une hypertrophie mammaire modérée, il est possible de ne pas réaliser la cicatrice transversale, celle effectuée au niveau du sillon sous-mammaire. Une fois diminué le volume de la glande mammaire et une fois supprimée la peau en excès, il devient essentiel de modifier l’emplacement de l’aréole qui, pointait vers le bas à cause de l’affaissement des seins. On appelle ce geste, un lifting mammaire.

L’élimination d’une partie de la glande mammaire ne signifie pas que l’opération est très douloureuse. Comme dans le cas, d’une augmentation des seins par implants, le traitement des seins hypertrophiques nécessite la prise d’antalgiques classiques. Les ecchymoses disparaissent quelques jours après l’intervention. L’œdème prend plus de temps pour disparaitre. Il s’atténue complètement après deux semaines.

Il faut prévoir un congé de trois semaines de préférence. La patiente peut reprendre ses activités sportives progressivement à partir du deuxième mois suivant la chirurgie.

Quel est le résultat attendu ?

Les améliorations obtenues suite à une réduction des seins peuvent être observées dès le lendemain de l’opération ce qui est logique puisque l’intervention réduit le volume des seins et les rend parfaitement asymétriques. À partir du sixième mois se manifeste le résultat définitif d’une réduction mammaire. La patiente se sent plus légère. Elle peut se vêtir comme elle le souhaite.

Plus douleurs dorsales. Plus de maux au niveau des épaules et de la nuque. Quel soulagement !

Il est autorisé de tomber enceinte après une réduction des seins. Mais, il est important de savoir qu’il ne sera pas possible d’allaiter son nourrisson.  En effet, lors de l’intervention, les canaux galactophores sont sectionnés. Si vous envisagez une grossesse après votre chirurgie mammaire, nous vous conseillons de tenir au courant votre plasticien et de lui bien exprimer vos attentes.